mardi 9 décembre 2008

Interlude automnale

"Oui, tel fut mon destin dès ma première enfance. Tous lisaient sur mon visage les signes de mes mauvais penchants; ils n’existaient pas en réalité, mais comme on le supposait, ils naquirent en moi. J’étais modeste, et on m’accusa d’hypocrisie; je devins dissimulé. J’étais sensible au bien et au mal; personne ne me caressait, tous m’offensaient, et je devins rancunier. J’étais sombre, les autres enfants étaient gais et bavards; je me sentais supérieur à eux; on m’abaissait, et je devins envieux. J’étais prêt à aimer le monde entier; personne ne me comprenait et j'appris à haïr. Ma jeunesse incolore s’épuisa dans mes luttes contre moi-même et contre le monde entier. Craignant les railleries, j’enterrai au fond de mon coeur mes meilleurs sentiments : ils y sont morts. Je disais la vérité, et on ne me croyait pas; alors je me mis à mentir. Ayant appris à bien connaître le monde et tous ses ressorts, je devins habile dans l’art de la vie, mais je voyais les autres heureux sans art aucun, profitant gratuitement de ces avantages pour lesquels je combattais sans cesse. Et alors le désespoir envahit mon âme; non pas ce désespoir auquel remédie le canon d’un pistolet, mais ce désespoir glacé, impuissant, que masquent l’amabilité et le sourire agréable. Je devins un malade moral : toute une moitié de mon âme n’existait plus; elle s’était desséchée, elle était morte; je la coupai, je la jetai. Cependant l’autre continuait à s’agiter et à vivre, toujours prête à rendre service à tout le monde; mais personne n’y faisait attention, personne ne connaissait l’existence de l’autre moitié qui était morte. Mais vous me l’avez rappelée maintenant, et je viens de vous lire son épitaphe. Bien des gens trouvent, en général, toutes les épitaphes ridicules; mais, moi, je suis d’un avis différent, surtout lorsque je pense à ce qui repose sous elles. D’ailleurs je ne vous demande pas de partager mon opinion : si mon discours vous paraît ridicule, riez-en, je vous en prie; je vous préviens que cela ne me peinera nullement."
- Un héros de notre temps - Mikhaïl Lermontov
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________
Playlist automnale
One Four Seven One - Arab Strap de Elephant Shoe (1999)
On The Water - The Walkmen de You & Me (2008)
Favour Of The Season - Peter, Bjorn & John de Seaside Rock (2008)
Shift - Grizzly Bear de Horn of Plenty (2004)
Your Algebra - The Shins de Oh, Inverted World (2001)
Pieces of String - Alela Diane de The Pirate's Gospel (2006)
Ashley - The Dodos de Visiter (2008)

Bientôt, 2,5 nouveaux live reports sur war-toy.blogspot.com :)

1 commentaire:

DSM IV a dit…

Première fois que je met les pieds sur ton blog. Il es trop tard pour le décortiquer mais ça a l'air plus que correct. :)
On en reparle... plus tard